De Bruxelles à Lisbonne : tags en transit

De Bruxelles à Lisbonne : tags en transit
Un crayon peignant rappelant "la maison des crayons". Continuité?

En arrivant à Lisbonne, je m’attendais à trouver plein de graffs et de tags mais de là à voir les mêmes pseudos qu’à Bruxelles prendre vie sous mes yeux …

Découverte de Lisbonne

Première sortie. Rien de suspect à priori. Des tas de noms inconnus s’étalent sur les murs de la capitale portugaise : Cola, EQT, Alma Femina etc. Il y a aussi beaucoup de pochoirs – plus qu’à Bruxelles en tous cas – et surtout une diversité de tags et de graffs assez extraordinaire. L’appareil photo pourrait être sorti en permanence. Que l’on soit dans des quartiers touristiques ou dans d’autres plus populaires, les murs n’en finissent pas de nous raconter des histoires. On appelle Lisbonne « la ville blanche aux sept collines » et si de loin ce surnom lui va à merveille, une fois que l’on se retrouve dans le labyrinthe formé par ses ruelles, le blanc s’estompe pour laisser place à une multitude de couleurs.

Surprise bruxelloise!

C’est en allant chercher les gourmandises matinales à la pastelaria du coin que commence une espèce de chasse aux tags.  D’abord un petit Korsa sur une espèce de boîtier électrique, puis un Créons encore frais (la preuve avec une empreinte jaune sur mon pouce) puis nos yeux cherchent, fouinent presque et là apparaît le reste de la « bande » : Sot (Idiot?), Fist (Feast/Feest), KC (les espèces de têtes autruchoïdes), Bart ainsi que « Exit .k » que je croise depuis quelques mois à Bruxelles (mais que nous verrons une autre fois).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur la plage abandonnée

Les jours suivants, sans même faire particulièrement attention, nous n’arrêtons pas de croiser les pseudonymes bruxellois, se sont parfois eux qui guident notre balade. On ne sait pas quelle rue choisir? Hop, un Bart sur la droite nous fait prendre telle direction. Certains tags semblent dater d’il y a un an ou deux, d’autres paraissent vraiment plus récents.
Le plus épatant restera quand même un crayon déjà un en peu effacé, trouvé sur une plage au nord de Lisbonne (la Praia Grande). 

De Bruxelles à Lisbonne : tags en transit
Sur la plage abandonnée…

 

Et vous, avez-vous vu des graffs et/ou tags de votre ville se « déplacer » dans d’autres endroits?

1 Trackback / Pingback

  1. Les femmes de Lisbonne - La Graffétaria

Laisser un commentaire