Revêtement politique sur murs de briques

Revêtement politique sur murs de briques
Revêtement politique sur murs de briques (Bourges, septembre 2014)

De Paris à Bruxelles en passant par Château-Gontier, nous voyons des messages politiques ou du moins sociaux, apparaître sur les murs des villes.

De la nécessité esthétique à la raison politique

Pourtant, ce ne sont ni des affiches électorales, ni des autocollants de partis mais des phrases, des quasi-sommations, écrites à la bombes par un monsieur X ou une madame Y ; des inconnus parfois un peu connus.
Par exemple, le collectif auteur de l’injonction “Créons!” (les fameux crayons) cumule près de 2500 pouces bleus sur le réseau social bien connu.

Revêtement politique sur murs de briques
Revêtement politique sur murs de briques (Bruxelles, septembre 2014)

On peut lire sur la page d’accueil la phrase suivante :“Rien ne se produit par hasard , tout se produit à partir d’une raison et en vertu d’une nécessité. “
Il y a-t-il donc une raison derrière ces messages?

Qu’est-ce qu’un message?

Alors, afin d’éviter des débats sémantiques, expliquons ce que que nous mettons dans la catégorie “messages politiques”. D’ailleurs, nous devrions probablement plus parler de messages sociaux. Nous englobons donc les réflexions philosophico-poétiques ou poético-philosophiques, les initiatives écologiques, les pensées ésotériques et religieuses. Bref, les messages qui nous font réfléchir (et parfois sourire).

Rappelons que de façon basique, un message est “un ensemble de signes qui implique un codage par un émetteur et un décodage par un récepteur”*.
Nous avons par exemple dans l’image suivante :

Revêtement politique sur murs de briques
Revêtement politique sur murs de briques (Bourges, septembre 2014)

– un ensemble de signes : “vous êtes des animaux formaté”
– un émetteur : une personne ayant du mal à accorder le verbe être qui souhaite transmettre un message assez fort 🙂
– un récepteur : moi, vous, c’est-à-dire la personne qui lit le message.

Un mur, une messagerie

On pourrait croire qu’un message écrit sur un mur est à sens unique car on ne peut répondre de manière directe comme dans une conversation. Pourtant, il est tout à fait possible d’avoir des échanges sans pour autant que le récepteur lambda comprenne le sens de la réponse.
Ici, j’avais pris en photo ce graff une première fois et une semaine après, en repassant devant, “batard” y avait été rajouté.

Revêtement politique sur murs de briques
Revêtement politique sur murs de briques (Bruxelles, août 2014)

Je me suis alors demandé si c’est celui qui a écrit “le communisme aura ta peau” qui se faisait insulter ou le récepteur dont le communisme aura la peau.

 

La suite au prochain épisode !

Revêtement politique sur murs de briques
Revêtement politique sur murs de briques (Paris, septembre 2012)

* Définition donnée dans théorie de l’information et de la communication

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire